Une autre façon d’être

La CNV est arrivée à l’automne 2017 au sein du pôle Enfants.

De retour à mon poste après une longue pause, qui s’imposait pour identifier, trier, prioriser ce qui fait sens à ma vie. De retour. La peur au ventre que tout recommence ; se sentir en colère, ne plus gérer le temps, être fatiguée en permanence, se dévaloriser, se sentir étouffée.

Dès le premier jour, j’apprends que la Qualité de Vie au Travail sera à l’honneur. La boule au fond du ventre diminue. Il est possible de s’inscrire à une formation de Communication Nonviolente© (CNV). Cette fois, c’est l’espoir qui se pointe discrètement. « On verra », me dit la peur, « ne crois pas que c’est si facile, qu’il suffit d’une formation ». « Je m’en fiche » lui répond l’espoir, « on s’inscrit ».

Je crois que le moment pour découvrir la CNV n’aurait pas pu être meilleur. Elle est arrivée à cet instant où je prenais tout doucement conscience qu’il me devenait vital d’inspirer une grande bouffée d’air, d’écouter, d’expirer en lenteur et de ressentir. Alors oui, dans un premier temps, la CNV m’a permis de m’écouter, moi, et je crois que c’est là un passage obligé. Car comment être disponible pour les autres si on n’est pas avec soi. Au début, j’ai cru que la CNV était un outil, une baguette magique en quelque sorte qui permettrait qu’on me comprenne et qu’ainsi j’obtiendrais satisfaction dans mes demandes. Et puis non, erreur, j’ai découvert qu’on pouvait écouter aussi, que l’autre est légitime aussi, que ses demandes sont légitimes aussi même si cela va à l’encontre des miennes et là, là seulement, j’ai compris qu’il y avait l’autre et moi et que c’est cet équilibre qui donne tout son sens aux relations.

Aujourd’hui, je suis une éducatrice différente d’il y a deux ans. Je laisse de côté le « faire » pour l’« être », je respecte ce que les jeunes que j’accompagne expriment par leurs gestes, leurs attitudes, leurs agressions parfois. Je l’accueille et je l’écoute tout comme je m’écoute.

Evidemment, je ne suis pas qu’éducatrice mais aussi mère, femme, sœur, fille, amie, collègue, citoyenne et la CNV imprègne toutes mes relations. C’est encore difficile certains jours, dans certaines situations mais la CNV change mon regard, comme un prisme qui transforme la lumière en arc en ciel. Je crois que la CNV n’est pas qu’une méthode à appliquer mais une façon d’être au monde, tout comme le sont Louise, Cat et Muce dont la bienveillance est si communicative.

Il est trop tôt pour un bilan, ce n’est que le début de la route mais je continue, la route est belle.

Oui, elle est belle.

Charlotte. Décembre 2018

Télécharger un PDF ici.

You are donating to : Greennature Foundation

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
paypalstripe
Loading...
Translate »